24 février 2016

Nuit des Syrtes

  Souffles coupés au bord de l'étendue sans horizon Et joie violente dans le corps de cendre et d'eau mêlées Ce qu'ils se dirent nul ne le sut dans la tempête Puis des larmes jaillirent Eprouvant de leur sel les digues de lave ancienne   Rosée La silencieuse Celle qui vient aux heures insoupçonnées   Sous les pas et le vent la bruyère tressaille Là où jadis une étoile prit feu   JBD
Posté par Michele Delhom à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,